Les Premières Mondiales ne roucoulent devant rien !

Nous jouerons prochainement dans un village qui évoque en diable, la poésie et la musique, et qui se nomme : St Germain des Prés. Rien de moins ! Avouez que ça en jette, n’est-ce pas, que le temps d’un soir, nous devenions germanopratins ?!…

Pour l’occasion, nous vous avons concocté un programme tout en douceurs.

« Angevines », les douceurs ! Lesdites douceurs cèderont parfois la place à des douleurs (là, c’était pour obtenir une rime riche !), puisque durant la soirée, il sera question d’amour. Oui, nous sommes des garçons particulièrement sensibles aux Premières Mondiales. Vous le savez maintenant ; ce n’est plus un secret pour personne…

Aussi évoquerons-nous, non seulement l’amour, mais également ses coups tordus (Cf. affiche). En somme, le petit père Eros alternera entre la flèche toute mignonne décochée innocemment et le méchant poignard logé entre les omoplates.

Au moins, y aura-t-il du contraste au programme !…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *