la boulette du couvre-feu et du reconfinement

L’avantage avec toutes ces annulations de spectacles, c’est que j’ai trouvé un peu de temps pour aller à la chasse aux boulettes. Comme quoi, même dans l’adversité, il y a toujours un « bout d’os à ronger ».

– Ronge ta chambre ! » serais-je tenté de dire, histoire de faire un calembour à pas cher, et ô combien ancré dans ces temps de repli général sur son petit chez soi.

A ce propos, vous noterez que la chasse aux boulettes peut se pratiquer depuis le domicile, et sans permis particulier. Pratique, en ces temps de confinement/reconfinement à répétition ! Oui, je sais, ce n’est pas nécessairement un argument, étant donné que tout « tartarin classique », traqueur invétéré de la gallinette cendrée et à l’occasion auteur d’homicide involontaire, peut bénéficier d’une dérogation ministérielle pour s’adonner à son loisir favori… et continuer d’écluser son pack de roteuses armé jusqu’aux dents. Comme quoi, certaines manières d’occuper son temps libre restent prioritaires sur toutes les autres. Voilà qui nous ramène, une fois de plus, à George Orwell et à sa « Ferme des animaux » où il était clairement établi que « si tous les animaux sont égaux, certains sont plus égaux que d’autres ». L’aspect positif avec cette dernière trouvaille gouvernementale qui érige la mystification en art, c’est qu’au moins les ramasseurs de champignons et autres adeptes du VTT en forêt ne risquent pas d’être assimilés à des chevreuils. Barricadés dans leur appart, ceux-ci sont par la même occasion à l’abri de la chevrotine. Mais je digresse, je digresse. Revenons aux boulettes que vous êtes venu(e)s consulter ici.

Que diriez-vous, pour commencer, d’un petit salmigondis. Un peu de tout et son contraire en une seule phrase. Une merveille de concision.

Ce secteur comprend les groupements d’habitations isolées.

Evidemment, il ne s’agit pas ici d’isolation thermique des constructions. Belle démarche cependant que celle consistant à grouper les isolées pour mettre un terme à leur isolement. Et puis, à l’heure où le maître-mot est précisément « isolement », avouez que cette boulette s’avère particulièrement d’à-propos.

Continuons avec quelque chose de consistant, pioché dans la presse locale. Le Courrier de l’Ouest annonçait en effet fièrement dans son supplément sport du 19 octobre dernier, avec photo à l’appui, que lors du concours hippique du Lion d’Angers,

« Mme Ingrid Klimke avait gagné chez les 6 ans ».

Alors, évidemment, d’aucun(e)s ne manqueront pas de me reprocher mon soi-disant « mauvais esprit », parce que je trouve que la dame ne fait pas – mais alors là, vraiment pas ! – son âge. Même en ayant recours à un maquillage à la truelle, je vois bien que Mme Klimke n’est pas en CP, même en ayant redoublé plusieurs fois cette classe. Mais que voulez-vous, l’on est taquin ou on ne l’est pas. Peut-être que si la légende de la photo avait, une fois encore, évité le raccourci, je n’aurais point fait de commentaire. Et n’allez pas monter sur vos grands chevaux en me taxant de misogynie !… Je suis juste un modeste chasseur de boulettes, qui n’a pas les deux pieds dans le même sabot.

 

Un dessert ? Allez, un petit dessert. Pensez néanmoins à bien l’éliminer en parcourant votre kilomètre autour de chez vous, à bonne allure, et masqué bien sûr, pour évacuer un max de calories surnuméraires. Voici donc une petite douceur déniché dans un projet de plaquette d’information destinée aux mairies, au sujet de l’implantation du moustique tigre (Aedes albopictus pour celles et ceux qui ont fait latin première langue). Il est ici question du comportement de la femelle de cette espèce.

Elle pique en journée, avec un pic à la levée du jour et au crépuscule.

La formulation m’a fait sourire. J’ai aussitôt visualisé l’outil (façon « Eh, oh, on rentre du boulot ! »), et non le point culminant de la courbe. J’ai ressenti fortement la violence de la piqûre perpétrée par cette sale bête – je hais les moustiques ! – en me disant que la bestiole y mettait vraiment les moyens. L’allitération en « p » et en « q » venant, il est vrai, intensifier la force de frappe de l’arthropode. Comme quoi entre la métaphore et les homonymes, il faut se méfier, si l’on ne veut pas devenir risible.

Vous prendrez bien un petit café en guise de conclusion ? Allez, il est tout chaud. Je vous préviens, c’est du langage d’esprits supérieurs. Pas encore énarques, mais assimilés.

La désignation est réalisée par tirage au sort parmi les personnels astreignables de l’agence, en priorité parmi les agents non volontaires. Si le vivier des personnels astreignables non volontaires n’est pas suffisant, les désignations feront appel aux agents volontaires.

C’est beau, non ? Une résurgence du fameux « désigné volontaire » qui a réjoui tant d’adjudants despotiques et sournois. Vous noterez aussi le terme « vivier » : On n’est pas loin de l’aquarium à homards dans certains restaus. C’est limpide comme le discours d’une ex-porte-parole du Gouvernement. Au fait, que devient-elle, cette sommité du Macronistan ?

Ah, j’ajoute que s’il vous arrive, ici ou là, de débusquer quelque boulette, blottie dans la presse locale ou un document officiel, ne la dégustez pas en égoïste ! Pensez à cette rubrique ! Envoyez-moi votre pépite (un scan de l’objet serait apprécié afin d’authentifier votre trophée), pour que je la mette en exergue sur le site du Saltimbhoucq. Vous connaissez l’adresse : albert@lesaltimbhoucq.com.

J’attends vos contributions avec impatience.

A bientôt pour de nouvelles boulettes !

 

 

1 commentaire sur « la boulette du couvre-feu et du reconfinement »

  1. Bonjour Albert
    Merci pour ta prose qui me rassure sur la résilience de l’homme face à l’adversité.
    Dans le prolongement de la mise à l’arrêt de la société et plus particulièrement de la culture je viens d’apprendre qu’il n’y aurait pas de bénévoles au festival 1er plan.. J’ai eu comme un cauchemar en lisant ta conclusion sur les astreignables. J’ai l’impression que cela me rappelle quelque chose mais je ne sais plus quoi….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *